MAINTENANT + À VENIR

Renforcer l’intérêt grâce à une nouvelle génération

Comme la plupart des autres industries, de nombreuses sociétés de loterie sont confrontées à un défi important : comment attirer une nouvelle génération, plus jeune, vers leurs produits afin de constituer une clientèle plus forte et plus durable?

C’est une question à laquelle Craig Storey, chef des Affaires commerciales de Loto Atlantique, a récemment été invité à répondre lors du World Gaming Executive Summit (WGES), auquel il participait avec des chefs de file mondiaux de l’industrie des loteries. Cette année, l’ événement annuel était organisé virtuellement, ce qui a donné l’occasion aux dirigeants du secteur de réfléchir ensemble au renouvellement, à la reconstruction et à la reprise à l’issue d’une période de perturbation sans précédent dans l’industrie du jeu. Les conférenciers se sont exprimés sur diverses catégories du secteur, notamment les paris sportifs, les sports électroniques, les jeux de casino et la responsabilité sociale des entreprises.

Dans le cadre de discussions au sein du groupe des loteries avec des homologues d’entreprises du Royaume-Uni, des États-Unis et d’Allemagne sur le thème des nouveaux jeux, des nouveaux joueurs et des nouvelles relations, M. Storey a mis l’accent sur l’importance d’attirer les 19-35 ans.

« Je ne pense pas que l’ensemble de l’industrie reconnaisse qu’il y a un problème. La plupart des acteurs ne s’en occupent pas. Notre point de vue est différent, déclare-t-il. C’est un signal d’alarme. Si nous ne trouvons pas le moyen d’attirer une population plus jeune, nos jours sont comptés ».

Repenser la loterie

Bien que des jeux comme « Lotto MAX » et « Lotto 6/49 » soient populaires depuis des décennies auprès des joueurs de loterie traditionnels, les jeunes préfèrent généralement les jeux plus interactifs, comme les sports électroniques, « Gagnez à la Grattouille », le billet à languettes et les jeux instantanés numériques. M. Storey explique que Loto Atlantique a lancé des jeux ces dernières années en pensant spécifiquement à ce marché, notamment les billets à gratter « Chats contre Chiens » et « Poutine à vie ».

Mais il ajoute qu’au-delà du développement de produits, il faut tenir compte d’autres facteurs pour attirer et servir les jeunes joueurs, tels que la garantie d’une offre sociale et simple, en ligne comme chez les détaillants.

« Nous devons concevoir de meilleures expériences, plus adaptées à ce groupe démographique, tout au long du processus. Cette tranche de la population ne supporte pas les mauvais fonctionnements numériques. »

M. Storey indique en outre que les jeunes joueurs exigent également un élément de bien collectif de la part des produits et des entreprises qu’ils soutiennent, découlant d’un désir d’accessibilité au grand public. La totalité des bénéfices de Loto Atlantique est reversée aux provinces de l’Atlantique, et l’entreprise s’associe à des événements communautaires et à des groupes à but non lucratif comme la fondation A Dollar A Day. Elle répond donc déjà à cette exigence, explique-t-il. Mais elle peut faire plus pour affirmer son engagement.

« Faisons-nous des choses pour contribuer à améliorer la société? Nous devons renforcer les communautés. »

Ouvrir la voie

M. Storey indique que des événements tels que le WGES permettent à Loto Atlantique d’apprendre de ceux qui ouvrent la voie sur la scène mondiale en montrant comment améliorer le service et attirer des joueurs ici, chez nous.

« Nous n’avons pas toutes les réponses, dit-il. Les mondes numérique et mobile sont plus avancés dans des endroits comme l’Europe. Ces pays ont un avantage commercial dont nous pouvons nous inspirer. »

Mais M. Storey ajoute que Loto Atlantique, qui a été en 2004 la première loterie d’Amérique du Nord à vendre des produits en ligne, a également de quoi être fière.

« Nous avons également quelques leçons à leur donner », déclare-t-il, en soulignant que Loto Atlantique a investi ces dernières années pour mettre à jour sa technologie et ses applications mobiles en vue d’améliorer l’expérience des personnes qui jouent en ligne et chez les détaillants. « Nous pouvons faire des expériences et mettre des produits sur le marché plus rapidement que des régions et des acteurs plus importants. C’est notre avantage. »